Les deux premières propositions "nordiques" du comité local Désirs d'avenir d'Europe du Nord animé par Alain Lefebvre (DA Nord Europe, 04/12, 06/12/2006)

Publié le par François Alex

 

Désirs d'avenir Nord Europe

Proposition nordique 1: remplacer la carte française de sécurité sociale par la carte d'identité et la carte de séjour

Dans tous les pays nordiques, le fait d'être titulaire d'une carte d'identité ou d'une carte de séjour régulier donne accès aux services de santé. En France, le principe de départ était que le travail ouvrait seul droit à l'assurance maladie, avec des régimes spéciaux et donc des règles différentes selon par exemple que l'on est salarié, commerçant ou artisan, ou agriculteur. Les retraités sont aussi bénéficiaires, et des règles particulières ont été créées pour les chômeurs (3 types de règles différentes selon qu'ils créent une entreprise ou non) ou les personnes qui ont perdu leurs droits récemment, afin d'assurer une continuité. Les détenus, les étudiants, les lycéens, les apprentis, les praticiens et auxiliaires médicaux, les personnes handicapés, les personnes à charge d'un assuré social non couvert sont couvertes. Enfin, le gouvernement de M. Jospin a créé la couverture maladie universelle (CMU) destinée en principe à tous ceux qui ne sont pas couverts.

Le système actuel est criticable. Il est compliqué, chacun devant justifier de ses droits selon des règles complexes, variables selon la situation personnelle, ce qui génère des coûts de gestion majeurs. Malgré la CMU, les démarches nécessaires excluent des bénéficiaires potentiels. Enfin, il semble que, dans certains cas, les personnes bénéficiaires de la CMU aient des difficultés d'accès à une partie des médecins. La complexité contribue à la sensation de bureaucratie, les difficultés d'accès au sentiment d'insécurité.

Alors, pourquoi ne pas donner accès à tous les résidents à l'assurance-maladie, par l'intermédiaire de la carte d'identité? Cela présente l'avantage de la simplicité, et réalise en fait ce que la CMU voulait réaliser. Certes, cela entraîne des changements: chaque membre de la famille devra avoir sa propre carte d'identité, ce qui signifie que la femme au foyer ne dépendra plus de son mari pour accéder à ses droits. Certes, cela supprime des emplois pour l'assurance maldie, mais cela pourra être utilisé pour améliorer les services. Il y a aussi des conséquences à étudier pour les différents bénéficiaires actuels en termes de CMU et d'assurance volontaire notamment: cela doit nécessairement s'accompagner pour ceux qui n'ont pas de revenus provenant de l'emploi d'un transfert sur l'impôt sur le revenu ou la CSG, par exemple pour les retraités étrangers européens installés en France. Mais ces adaptations ne sont rien par rapport aux simplifications et aux bénéfices, notamment avec une vraie couverture universelle.

Proposition 2: le SAMU scolaire

On se focalise en général sur l’enseignement en Finlande, et sur ses résultats en matière de tests PISA de l’OCDE, qui montrent qu’à 15 ans les jeunes finlandais comprennent mieux un texte, calculent mieux, et sont plus capables d’un raisonnement logique que leurs collègues européens. Les experts peuvent bien entendu évoquer une série de facteurs explicatifs, qui rendraient peu transposables l’expérience : une langue plus simple et plus logique que le français, un environnement culturel plus homogène notamment.

Mais il me semble qu’un élément important compte certainement dans le dispositif : l’enseignement a pour objectif de tirer tous les élèves vers un niveau moyen, et de ne laisser personne en cours de route. De ce fait, lorsqu’un enfant a une difficulté, une mauvaise évaluation, s’il a du mal à comprendre, les équipes pédagogiques mettent en place un soutien individualisé, qui peut être important, pour éviter qu’il ne décroche. Un enseignant français en visite a parlé de SAMU scolaire, et c’est une expression qui me paraît convenir.

A quand le SAMU scolaire à la française, mis en place systématiquement à la première difficulté dans toutes les écoles ? Ce serait un peu coûteux, mais je suis persuadé que cela nous épargnerai beaucoup de dépenses ensuite…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article