Les responsables politiques doivent garder à l'esprit la spécificité de leur statut public et veiller à ne pas utiliser la notion de respect de la vie privée abusivement (RSF, 07/06/2007)

Publié le par François Alex

segofhlibe.jpgReporters sans frontières (RSF) a exprimé sa préoccupation concernant les 150 000 euros de dommages et intérêts demandés aux auteurs de l'ouvrage "La femme fatale", Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué.

Dans une lettre adressée à Ségolène Royal et François Hollande, Reporters sans frontières, via son Secrétaire Général Robert Ménard, fait part de sa préoccupation après la délivrance d'une assignation en justice par leur avocat Me Mignard. Si RSF reconnaît à chacun le droit de porter plainte, il s’étonne, en effet, du montant exorbitant des dommages et intérêts - 150 000 euros - réclamé aux deux auteurs. RSF rappelle "qu’il doit exister une certaine proportionnalité entre le préjudice subi et le montant de la réparation pécuniaire demandée". Il précise également que "si le respect de la vie privée est essentiel, les responsables politiques doivent garder à l'esprit la spécificité de leur statut public et veiller à ne pas utiliser cette notion abusivement".

07/06/2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Danielle 03/03/2008 20:54

Bonjour ! un ptit coucou du lundi ! bonne soirée ! bisous !

dora duboudin 09/06/2007 09:10

Bien sur, il doit exister une certaine proportionnalité. J'ai lu ce livre, je me suis gardée de l'acheter. Je n'ai pas estimé que c'était un bon ouvrage. Il me semble, c'est une opinion, que écrire que Mme Royal aurait voulu priver M. hollande de ses enfants (entre autres)  n'est pas du journalisme. Quelles preuves on t les auteurs ? Je ne pense pas qu'écrire quelque chose comme cela apporte quelque chose et bien au contraire risque de perturber l'équilibre des enfants. Il est donc normal de demander une forte somme pour protéger ses enfants. Cela incitera sans conteste, les journalistes à revenir à un peu plus de professionnalisme et de dignité. A supposer même que ces paroles aient été dites, il faut penser aux enfants qui sont d'ailleurs des adolescents. Ceci étant, je suis farouchement attachée à la liberté de la presse. Mais dans le respect de certaines valeurs.

François Alex 09/06/2007 20:46

La citation "Si tu vas chercher Jospin, tu ne reverras plus tes enfants" est une citation de Julien Dray. J'avais entendu la même chose d'une autre source, d'ailleurs (Le Parisien), qui avait bien confirmé dans un droit de réponse, la teneur des propos.A ma connaissance, Julien Dray n'a pas pas démenti ces propos... Ce serait d'ailleurs à lui de porter plainte s'il estimait que c'était mensonger!Je viens encore de parcourir chez Gibert ce bouquin pour la deuxième fois tout-à-l'heure... Je ne l'ai pas acheté car je n'ai pas appris grand chose... En tout cas il n'y a rien sur la vie "privée": aucun détail "croustillant", pas de secret d'alcôve... A la place, j'ai acheté, et pour un prix inférieur trois ouvrages à mes yeux bien plus palpitants:1. La flexicurité danoise - quels enseignements pour la France - (Robert Boyer, Editions de la rue d'Ulm, 07/2006, prix: 3 €!!)2. Le dernier numéro de "problèmes économiques" intitulé: Emploi et chômage en France: de nouvelles solutions (Documentation française, 4.70€)3. Les seigneurs du crime - les nouvelles mafias contre la démocratie - (Jean Ziegler, Essais Point, Seuil)Ce livre de Raphaëlle Bacqué est exclusivement consacré à la campagne politique et ce que j'ai lu correspond bien à ce que j'ai vécu en interne: autoritarisme, désorganisation, incohérences,..Tu parles de "protection des enfants" mais Ségolène a fait tout le contraire en impliquant, à mon sens à tort, son fils Thomas et en lui donnant des responsabilités écrasantes...A mon sens il n'y a aucune atteinte à la vie privée dans ce livre, en tout cas aucune que Ségolène n'ait elle-même mise en scène!Pour moi aucun scoop... et réclamer 150 000 € me paraît indécent.