François Fillon raille les "pitreries" de François Hollande (Le Monde, 24/05/2007)

Publié le par François Alex

fillonmondesouriant.jpg

fillongouvnobs.jpg

 

Il est pathétique, a affirmé François Fillon, mercredi 23 mai sur Europe 1, à propos de François Hollande, qui a critiqué l'utilisation par l'UMP de l'Elysée et de Matignon pour mener sa campagne des législatives. Ce qu'on attend de lui, c'est qu'il nous dise ce que veut la gauche. (...) Ce n'est pas les pitreries auxquelles on a assisté depuis quelques jours qui visent à moquer les institutions de la République et qui n'ont pas beaucoup de sens."

"Je l'ai entendu ce matin faire un numéro de comique, d'ailleurs assez drôle, parce qu'il a de l'humour, mais qui n'a rien à voir avec l'enjeu de cette élection", a insisté François Fillon, parlant du premier secrétaire du PS.

"CE SONT LES TRADITIONS DE LA RÉPUBLIQUE"

 

M. Fillon a souligné qu'en 2002, le premier ministre socialiste Lionel Jospin avait lui aussi réuni tous les députés socialistes pour les mobiliser. "Ce sont les traditions de la République (...). Dire que le premier ministre n'est pas le patron de la majorité, ne pas reconnaître qu'il a besoin d'une majorité pour gouverner, c'est une hypocrisie", a-t-il dit. "Dire que le président de la République n'est pas un homme politique engagé qui défend un projet et qui a une majorité pour le soutenir, c'est une autre hypocrisie", a-t-il ajouté.

"Est-ce que l'hôtel Matignon et le palais de l'Elysée sont devenus les sièges de campagne des candidats de l'UMP ?", s'était interrogé, mardi, le premier secrétaire du PS François Hollande, à la sortie du bureau national du parti.

Quelques heures auparavant, François Fillon avait réuni les parlementaires de la majorité présidentielle et les membres de son gouvernement dans les jardins de Matignon en vue des législatives. Nicolas Sarkozy a, de son côté, rassemblé à l'Elysée l'équipe dirigeante de l'UMP, aussi pour évoquer le scrutin des 10 et 17 juin.

François Hollande dénonce la "communication doucereuse" de l'équipe Sarkozy

"Jusqu'aux élections législatives, tout n'est affaire que de communication doucereuse : 'ne vous inquiétez de rien, je visite la cantine, je vais voir l'hôpital'", a ironisé François Hollande, premier secrétaire du PS, mercredi sur itélé, en allusion aux premiers déplacements de Nicolas Sarkozy à Toulouse et dans le Nord.

"Après les élections législatives, la politique dure se mettra en place", a ajouté M. Hollande, réaffirmant que l'enjeu des législatives pour les socialistes était "d'avoir le maximum de députés à l'Assemblée nationale." – (Avec AFP.)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article